Empire State of mind

Comment prolonger les découvertes en dehors du Canada? En faisant au plus proche, il y a les États-Unis. On a la chance que l’une des villes les plus riches d’intérêts soit à notre portée. À voir au moins une fois dans sa vie, c’est une ville unique et inoubliable ; New York. De Québec à New York, c’est 8 heures et trente minutes de trajet en voiture, auxquelles il faut rajouter les pauses Donuts, les pleins d’essences, le contrôle de douane. Une fois ce dernier effectuer, nous sommes rassurés et quand le flux de voitures augmente à mesure que l’on roule, c’est que l’on s’approche de notre destination.
Nous avons choisi de faire étape dans un Airbnb, dans le quartier de Brooklyn. C’est un quartier de la diversité, avec une vraie dynamique d’avenir, mais fondé sur une pauvreté apparente. Nous prenions la ligne « J » du Subway, avec l’euphorie, de faire la rencontre d’une célébrité, rapidement on pénètre dans la Skyline. À la sortie de la station de métro et après avoir marché un peu entre les immeubles, les sensations ressenties sont multiples. Le sentiment qui prédomine est celui de l’extraordinaire. C’est une confrontation d’échelles et de tailles, les perspectives nous échappent, on ressent un léger déséquilibre. Direction la pointe de l’île afin d’apprécier un moment de calme, certes en demi-mesure, car autour de nous, rien n’est vraiment immobile. Mais contempler la baie de New York en imaginant les navires historiques qui on fait escale et en observant au loin la statue de la Liberté, c’est comme prendre une bouffé d’air avant le tourbillon de Times Square.
A proximité de Wall Street

Wall Street

 

Vue sur la statue de la Liberté depuis la pointe de Manhattan

Avec un peu d’endurance, l’île de Manhattan peut, être faite à pied, mais parce que le métro est aussi un point d’intérêt, nous avons comme les New-Yorkais décider d’accélérer le rythme pour se rendre plus au centre de l’île. Mais avant de vivre le New York opulent et déraisonnable, un lieu marque assurément les esprits: le site des commémorations du 11 septembre 2001 est empoignant. Il nous arrache à la réalité, tout se mélange, on est frappé par la beauté du site, par une histoire et des souvenirs qui resurgissent. Ceci, malgré l’atmosphère commémorative qui nous entoure, c’est un lieu incroyablement vivant, les feuilles des arbres qui volent, les flashs des appareils photographiques, le son des chutes d’eau. Tout se dématérialise ; émouvant, mais l’un des meilleurs souvenirs.

Le nouveau Wall Trade Center, une réussite absolue

 

Site commémoratif du 11 septembre 2001
Très différent, mais un autre lieu inoubliable, c’est la remontée de la 7ème Avenue jusqu’à Times Square! C’est l’extravagante démesure, orchestrée par les lumières colorées des écrans. Les informations et les images naissent et disparaissent de manière continue et désynchroniser. Aucune chose ne ressort plus qu’une autre, tout devient subliminal. Happer par l’environnement, on ne peut toutefois s’empêcher de pousser la porte des grands magasins où tout est grandiloquent et lorsqu’on ressort, la rue semble avoir à nouveau changé, un nouveau spectacle est apparu. Le premier soir, nous avions décidé de prendre de la hauteur au Rockefeller Center. Certes, la visite est un peu dispendieuse pour un point de vue, mais ce n’est pas tous les jours que l’on prend une telle hauteur et qu’on observe un tel panorama urbain. L’Empire State Building est à porté de doigts! On peut entendre très légèrement le brouhaha des rues en dessous et quelques échos de sirènes d’ambulances. Nous sommes entourés de prodiges architecturaux dans un urbanisme complètement obstrué. On ne sait plus vraiment si on regarde un toit ou la façade d’un immeuble. Enfin, nous redescendions et retrouvions la fosse à la recherche d’un dernier hot dog pour la soirée, jusqu’à que la fatigue se fasse trop ressentir.
 Quelque part dans Times Square!
Quelque part dans Times Square!
Quelque part dans Times Square!
Times Square

 

 Vers Times Square
 Le « Top of the Rock » vue sur l’Empire State Building


Le dimanche matin, c’est la tradition du brunch, nous nous sommes rendus chez Miriam sur la 5éme avenue à Brooklyn (on vous le conseille, c’est super!)Quoi de mieux que des œufs, du bacon et des pancakes pour bien commencer la journée ! Le ventre plein, nous sommes partis digérer en traversant Central Park. C’est un parc d’apparence classique, on y trouve des attractions touristiques (tours en calèches, tours en barques, etc.). Une halte dans ce parc fait du bien malgré que la nature n’offre pas son plus beau spectacle à ce moment-ci de l’année (novembre). Ce qui donne toute l’originalité de cet espace de nature, c’est davantage tous les immeubles qui l’entourent que le parc en soi. Ce fut une agréable promenade avant la visite du MOMA (Museum of Modern Art), là encore un autre lieu mythique. En finalité, deux jours permettent d’avoir une première approche des grands monuments et de ressentir l’unicité de cette ville. New York ne laisse pas indifférent, pour autant souhaiterions-nous y vivre? Nous y reviendrons et il est certain que d’ici là, la ville aura encore changé mille fois de visage.
Les œufs bénédictines de Célia en attendant le bacon!
Le réservoir dans Central Parc
Un étang dans Central Parc
Le charme de Central Parc
Sortie de Central Parc sur Central Parc West Street
Le MoMa
« Conchita Wurst » vidéo par le collectif « DIS »
Notre entrée et sortie de Manhattan

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *