Porter sa tuque!


  Le 15 décembre 2015, les chaînes météorologiques avaient annoncé de la neige pour Québec. Elles n’ont pas fait erreur! Durant 4 heures, la neige est tombée en gros flocons tourbillonnants. Malgré le vent comme allié, elle finit toujours par trouver quelque chose à quoi s’accrocher, branchages, escaliers, rebords de fenêtres. Nous, justement devant nos fenêtres, nous contemplions le spectacle. L’appel de la neige fut trop fort! Une fois, les nouvelles chaussures d’hiver enfilées, nous sommes sortis et quel plaisir de se sentir comme dans une station de ski! Les trottoirs, les routes et les voitures sont devenus très vite recouverts. Et quand vient déjà le temps de déneiger, il faut encore une fois bien s’équiper, tuque (bonnet), mitaine (gants), grattoir et pèle à neige pour la voiture, dégivrage en bombe pour la serrure et un peu d’huile de coude pour pelleter la neige du dessous de la voiture. Mais, quand la ville décide de tout déneiger, c’est par un signal lumineux orange clignotant, dans chaque rue, qu’on nous avertit. Vient alors le moment de se rendre dans un stationnement souterrain, et de s’acquitter des douze dollars de nuit à chaque tempête de neige!

  C’est aussi le temps des fêtes de fin d’années, et tout juste sorti d’Halloween, que les vitrines se sont transformées. Au même moment, les températures ont commencé à être négative, le mois de novembre fut court, le moment de nous préparer à cet hiver qui arrivait et tout d’un coup, tout c’est accéléré, le Marché allemand de Noël,  cette musique douce et enchantée de Noël sur les radios, les premiers sapins sur le toit des voitures.

Faire l’expérience de Noël au Québec, c’est d’aller couper soi-même son sapin dans une sapinière. Nous ne sommes pas repartis bredouilles, avec deux sapins dans la voiture, quel beau souvenir! J’écris cet article en date du 25 décembre 2015, je me souviendrais que, peut-être comme ailleurs, beaucoup d’achats se font à la dernière minute, Célia pourrait témoigner des gens qui commandent leurs pains le 24 décembre au matin pour les chercher avant 14 h. Les Québécois et Québécoises semblent avoir bien acheté et veulent vraiment faire plaisir et se faire plaisir. C’était le temps des « partés » de bureau, entre collègues et amis (fêtes ou soirée ou party au Québec). Les Québécois sortent, profitent, vont patiner (bientôt, près de cent patinoires gratuites dans la ville de Québec!), ils vont aux restaurants, se partagent des vœux. Ils aiment cette période et l’hiver qui suit! On y vit de bons moments et globalement cela fait beaucoup de bien!
Une maison près des plaines d’Abraham
Début des chutes de neige sur le croisement de l’avenue Cartier
Il neige sur la rue Crémazie
La rue Saint-Jean
Derrière sa fenêtre
Célia part au travail!
Un arbre sur les plaines d’Abraham
La tour Martello 1 dans les plaines d’Abraham
C’est la tempête de l’autre côté
Les glissades de la place Dufferin
L’arrivée aux pieds du Château Frontenac
Les glissades au début du 20ème siècle (la première descente fut en 1884)
Le Capitol illuminé
Dans le vieux Québec
Kiosque sur la place Dufferin
Patinoire de la place d’Youville
Le marché de Noël Allemand
Le marché de Noël Allemand
06/12/2015 La sapinière Saint-Jean à Lévis
Avant la coupe
Célia avec sa sciotte (scie au Québec)
Le premier!
le second!
Décorations de Noël
Repas de Noël, cuisse de dinde farcie avec spaëtzle maison

Cannelle ouvre son cadeau
Les cadeaux du père noël
Messe de Noël le 25 décembre à l’église Saint-Dominique à Québec
Premier test des patins à l’anneau de glace sur les plaines d’Abraham
l’Art par la nature, aux chutes de la Chaudière
 
 
Et vous, que pensez-vous de cet article ?
Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *